Viols collectifs en RDC : l'identité du chef rebelle confirmé

La Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) a confirmé que l'officier Mai Mai du groupe Cheka soupçonné d'être impliqué dans des viols de masse à l'est de la RDC et détenu par les autorités militaires congolaises est Sadoke Kilunda Mayele.

Une congolaise à Walikale, en RDC, lors de la visite de Margot Wallstrom.

Une congolaise à Walikale, en RDC, lors de la visite de Margot Wallstrom.

Dans un communiqué, la MONUSCO indique avoir reçu des informations remettant en cause l’identité de ce chef rebelle, laquelle a été confirmée par la suite.

La Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général en RDC estime que cette arrestation de l’officier présumé commanditaire des viols de près de 300 personnes dans le territoire de Walikale, au Nord-Kivu entre le 30 juillet et le 2 août dernier était une priorité pour la Monusco.

Leila Zerrougui souligne qu’il s’agit d’un signal fort qui démontre la détermination de la mission onusienne de soutenir les autorités congolaises dans leurs efforts visant à traduire les auteurs de violations des droits de l’homme devant la justice.

(Extrait sonore : Leila Zerrougui, Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général en RDC ; propos recueillis par Radio Okapi)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...