Soudan : le Conseil dresse le bilan de sa visite dans le pays

Le Conseil de sécurité a entendu ce matin le compte rendu de la mission composée de ses quinze membres qui s'est rendue au début du mois en Ouganda, au Sud-Soudan, au Darfour et à Khartoum. La mission a été dirigée successivement, par le Président du Conseil, l'ambassadeur de l'Ouganda, Ruhakana Rugunda lors la visite dans son pays, puis par l'ambassadrice américaine Susan Rice, lors de l'étape à Juba et enfin par l'Ambassadeur britannique Mark Lyall Grant lors de celle d'El-Fascher.

Le Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité

Dans la capitale soudanaise, la mission du Conseil n’a pas rencontré le Président Soudanais, Omar Al-Bachir, mais d’autres membres du gouvernement.
Le référendum sur l’auto-détermination du Sud-Soudan prévu en janvier 2011 est l’élément central de l’accord de paix global qui a mis fin en 2005 à plus de deux décennies de guerre civile entre le Nord, majoritairement musulman, et le Sud, où la plupart des habitants sont chrétiens ou animistes.
Le référendum d’Abyei, qui doit aussi se dérouler en janvier prochain, doit permettre aux habitants de cette région riche en pétrole et située entre le Nord et le Sud de choisir s’ils veulent être rattachés au Sud ou au Nord.
Tour à tour les diplomates ont insisté sur la nécessité de tenir dans les délais les référendums ainsi que l’Accord de paix global.

Concluant son intervention, le Représentant permanent du Royaume-Uni a adressé une mise en garde concernant le Darfour. Il a indiqué que les membres du Conseil sont revenus à New York fortement préoccupés par la situation sécuritaire au Darfour et son impact sur les populations civiles. Ils sont aussi inquiets de voir les restrictions imposées aux activités de la Mission hybride de l’Union africaine et de l’ONU au Darfour (MINUAD) ainsi qu’à celles imposées aux travailleurs humanitaires.

Le représentant britannique a estimé par ailleurs, que les membres du Conseil reviennent à New York avec la conviction renouvelée de la nécessité pour toutes les parties de cesser immédiatement les hostilités. Ils jugent important que les groupes rebelles participent au processus de paix immédiatement et sans conditions préalables.

(Extrait sonore : Mark Lyall Grant, Représentant permanent du Royaume-Uni auprès des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...