Soudan : Khartoum dernière étape de la visite de la mission du Conseil de sécurité

La délégation du Conseil de sécurité est arrivée vendredi à Khartoum, dernière étape de sa visite dans la région. « La délégation s'est d'abord rendue à Kampala, en Ouganda puis à Juba, au Sud-Soudan, El Fascher au Darfour, avant de rejoindre ce vendredi la capitale soudanaise. La Mission est dirigée par Ruhakana Rugunda, l'ambassadeur de l'Ouganda auprès des Nations Unies, dont le pays préside le Président du Conseil de sécurité pour le mois d'octobre.

Le Conseil de sécurité s'est rendu le 7 octobre 2010 à el-Fasher, Nord Darfour, Soudan.

Le Conseil de sécurité s'est rendu le 7 octobre 2010 à el-Fasher, Nord Darfour, Soudan.

Avant de conclure vendredi sa visite au nord de la région du Darfour, à l’est du Soudan, la Mission a exprimé aux autorités locales son inquiétude sur l’augmentation des violences dans la zone.

Le chef de la délégation pour cette visite au Darfour, le Représentant du Royaume Uni auprès des Nations Unies, Mark Lyall Grant, a également exprimé sa préoccupation sur les violences visant les civils, notamment les violences sexuelles, et sur le flux illégal d’armes.

La délégation du Conseil a rencontré le Wali (gouverneur) de la province du Nord-Darfour dans la ville d’El Fasher. La délégation a aussi réitéré le soutien du Conseil de sécurité à la Mission des Nations Unies et de l’Union africaine au Darfour (MINUAD) dont l’un des soldats a été enlevé jeudi.

La délégation s’est ensuite rendue dans le camp de déplacés d’Abu Shouk avant de s’envoler pour Khartoum, la capitale du Soudan. La guerre civile au Darfour a fait près de 300.000 morts et 2,7 millions de réfugiés ou de déplacés internes.

Auparavant, la délégation se trouvait au Sud-Soudan, afin d’évaluer l’avancée des préparatifs des référendums sur l’auto-détermination du Sud-Soudan et de la zone d’Abyei.
Le référendum sur l’auto-détermination du Sud-Soudan prévu en janvier 2011 est l’élément central de l’accord de paix global qui a mis fin en 2005 à plus de deux décennies de guerre civile entre le Nord, majoritairement musulman, et le Sud, où la plupart des habitants sont chrétiens ou animistes.

La Mission, qui n’a pas demandé de rencontre avec le Président Soudanais, Omar Al-Bachir inculpé par la Cour pénale internationale, doit rencontrer samedi d’autres membres du gouvernement, notamment le Ministre des affaires étrangères.

(Interview : Martin Briens, Représentant de la France au sein de la Mission du Conseil de sécurité sur le Soudan; propos recueillis par Jérôme Longué)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...