Référendum au Sud-Soudan : les défis politiques et sécuritaires sont de taille.

Au moment où se prépare activement l'organisation du referendum au Sud-Soudan, les Nations Unies ont dit lundi lors d'une reunion du Conseil de securité être préoccupées par les défis politiques et sécuritaires qui retardent le processus .

Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, M. ALAIN LE ROY
Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, M. ALAIN LE ROY
Dans un exposé au Conseil de sécurité du dernier rapport du Secrétaire général de l’ONU sur le Soudan, le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix a noté lundi la publication par la Commission du referendum du calendrier de l’enrôlement des électeurs censé débuter le 14 novembre pour s’achever le 30 décembre.

Alain le Roy a mis l’accent sur la question du financement national reste un obstacle majeur dans la mesure où les retards observés dans le décaissement des fonds par les autorités du pays ont limité la mise en œuvre de l’enrôlement à commencer par le recrutement et la formation des agents chargés de cette opération.

Autre préoccupation soulevée par ce rapport, le risque de voir certains sud-soudanais vivant au nord du pays être déchu de leur nationalité en cas de sécession du sud. Pendant ce temps dans le sud, des allégations font état de pressions et intimidations de la part de l’armée populaire de libération du Soudan sur toute personne en faveur de l’unité du pays. L’ONU est également alarmée au sujet du manque de progrès sur l’organisation du referendum d’Abyei pour lequel aucun chronogramme n’a été encore décidé.

Au regard de ces tensions politiques et sécuritaires, Alain Le Roy a exposé aux quinze quelques unes des initiatives prises par la Mission des Nations Unies au Soudan pour faire face à ces défis.

«La Mission des Nations Unies au Sud Soudan a initié le renforcement des mécanismes de résolution des conflits ainsi qu’une participation active à tous les niveaux de toutes les forces de sécurité. », a-t-il expliqué. Il a ajouté qu’une augmentation du nombre de patrouilles et plus particulièrement le long de la frontière nord-sud était prévue.

A propos de la situation au Darfour, Alain Le Roy a affirmé qu’au moment où l’attention de la communauté internationale semble se focaliser sur l’organisation du referendum au sud, l’instabilité dans la province occidentale du pays demeure. Il a fait état de combats récurrents entre l’armée soudanaise et des factions rebelles de la région ainsi que les enlèvements du personnel de la MINUAD. Il a donc lancé un appel au soutien du Conseil, l’invitant à considérer des sanctions contre toute personne entravant le processus de sortie de crise au Darfour.

(Extrait sonore : Alain Le Roy, Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix ; mise en perspective :Martial Assème)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...