ONU : renforcer les efforts de consolidation de la paix

Les États membres, ont réaffirmé vendredi l'importance des efforts des Nations Unies visant à aider les pays sortant de conflit et appelé à améliorer davantage l'efficacité de son architecture de consolidation de la paix.

Casques bleus de la MINUAD

Casques bleus de la MINUAD

Dans des résolutions distinctes adoptées aujourd’hui, l’Assemblée générale et le Conseil de sécurité ont prié tous les acteurs concernés des Nations Unies de faire avancer les recommandations adoptées il ya six mois, lors d’un examen ayant pour but d’évaluer les progrès de la Commission de consolidation de la paix des Nations Unies (PBC) et du Fonds de consolidation de la paix.

La Commission a été créée en 2005 pour aider les États fragiles à ne pas replonger dans la guerre et le chaos en leur fournissant des conseils stratégiques et en exploitant l’expertise et le financement débloquée par la communauté internationale pour l’aide aux projets de reconstruction.

Dans leur rapport, les co-facilitateurs de l’examen soulignent que cinq ans après la création de la Commission, malgré les efforts appuyés et l’engagement, les espoirs qui ont suivi les résolutions de cet organe fondateur n’ont pas encore été réalisé.

Lors du lancement de l’examen de 2010 plus tôt cette année, le Secrétaire général Ban Ki-moon a déclaré que, durant sa courte existence, la commission avait fait ses preuves. Toutefois, il a exhorté les États membres à examiner les moyens de rendre son impact plus tangible au niveau des pays.

Exprimant l’espoir que l’examen servira de « réveil », les co-facilitateurs font un certain nombre de recommandations dans les domaines du renforcement des capacités, la mobilisation des ressources, la cohérence et la coordination. En outre, il recommande l’élaboration d’une stratégie de communication efficace, qui revitalise “la Commission de consolidation et définit clairement son rôle.”

Le rapport présente les questions qui ont encadré l’exercice: la complexité de la consolidation de la paix, l’impératif de l’appropriation nationale; l’illusion de séquençage, l’urgence de la mobilisation des ressources, l’importance de la contribution des femmes et la nécessité d’un lien avec le domaine.

Il examine également les «résultats mitigés» à ce jour avec les quatre pays à l’ordre du jour des travaux de la Commission à savoir le Burundi, la Guinée-Bissau, République centrafricaine et la Sierra Leone – et prend note des vues du potentiel de “pays à l’ordre du jour.”

L’Assemblée et le Conseil ont reconnu que les activités de consolidation de la paix de l’ONU ont besoin d’une aide soutenue et de ressources adéquates.

Ils ont également invité la Commission à tenir compte dans son rapport annuel des progrès réalisés pour faire progresser les recommandations issues de l’examen, et a appelé à un examen plus global dans les cinq ans à venir.

Etaient les co-facilitateurs du processus d’examen, les ambassadeurs Anne Anderson de l’Irlande, Claude Heller du Mexique et Baso Sangqu d’Afrique du Sud.

(Mise en perspective : Martial Assème)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...