Nagoya : un accord pour préserver la biodiversité

Un accord international visant à enrayer la disparition alarmante des espèces a été adopté vendredi à Nagoya (Japon) par les quelque 190 pays membres de la Convention sur la diversité biologique.

A l’issue de deux semaines d’intenses négociations, les délégués ont adopté un plan stratégique pour 2020 fixant 20 objectifs pour protéger la nature et freiner le rythme alarmant de disparition des espèces, avec en particulier un objectif d’extension des aires protégées à travers le monde, sur terre comme en mer.

Ils ont également adopté un protocole sur le partage des bénéfices tirés par les industries de la pharmacie et des cosmétiques des ressources génétiques issues des nombreuses espèces (animaux, plantes, micro-organismes) présentes dans les pays du Sud.
L’adoption de ces décisions a été saluée par une très longue salve d’applaudissements de l’ensemble des délégués.

Négocié depuis huit ans, ce protocole ABS (accès et partage des avantages), réclamé avec force par les pays en développement, est “un rêve que tous les pays ont en tête depuis longtemps”, a souligné le ministre japonais de l’Environnement, Ryu Matsumoto, qui présidait les débats.

Dix mois après l’immense déception du sommet de Copenhague sur le réchauffement climatique, la réussite de la conférence de Nagoya redonne, au-delà des dispositions parfois très techniques qu’elle comporte, des couleurs au processus de négociation onusien sur l’environnement, explique Jérôme Longué, Envoyé spécial de la Radio des Nations Unies à Nagoya.

Interview avec Jérôme Longué, Envoyé spécial de la Radio des Nations Unies à Nagoya; propos recueillis par Maha Fayek

Classé sous Environnement, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...