Myanmar : la FIDH veut metter un terme à l’impunité

A l'approche des élections générales organisées le 7 novembre prochain au Myanmar, la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) veut mobiliser la communauté internationale et la sensibiliser contre l'impunité qui perdure dans le pays depuis une quarantaine d'années.

Fédération internationale des ligues des droits de l'homme

La Fédération veut voir mise sur pied une commission d’enquête internationale afin de faire la lumière sur les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre commis par la junte.

Dans ce but, le bureau de la Fédération internationale à New York accueille une délégation de haut niveau de défenseurs des droits de l’homme au Myanmar, appelé autrefois la Birmanie. La délégation est composée de Thein Oo, President du Burma Lawyers’ Council (BLC) basé à la frontière entre le Myanmar et la Thaïlande, Debbie Stothard, Secrétaire générale adjointe de la FIDH et déléguée permanente auprès de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) ainsi que la Coordinatrice du Alternative ASEAN Network on Burma (ALTSEAN), réseau basé à Bangkok) et Emmanouil Athanasiou, responsable du Bureau Asie de la FIDH basé a Paris.

BLC et ALTSEAN, des partenaires de longue date de la FIDH, sont des organisations non gouvernementales majeures dans la promotion des droits de l’Homme, de la démocratie et de l’état de droit au Myanmar.

La FIDH est une organisation non gouvernementale de défense des droits humains, qui fédère 155 organisations dans plus de 100 pays. La FIDH a un statut consultatif auprès des Nations unies, de l’UNESCO et du Conseil de l’Europe et d’observateur auprès de la Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples.

(Interview : Emmanouil Athanasiou, responsable du Bureau Asie de la FIDH à Paris; propos recueillis par Jocelyne Sambira)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...