Kenya : la CPI demande l’arrêt d’Omar Al-Bachir

La Cour pénale internationale (CPI) a demandé lundi à la République du Kenya de l'informer, au plus tard le 29 octobre, de tout problème qui pourrait gêner ou empêcher l'arrestation et la remise du Président soudanais Omar Al-Bachir s'il visite le Kenya le 30 octobre.

Omar Al-Bachir

Omar Al-Bachir

La Chambre préliminaire I de la CPI, saisie d’une notification du Procureur de la Cour l’informant de la possibilité qu’Omar Al-Bachir voyage au Kenya pour un sommet de l’Autorité intergouvernemental pour le développement le 30 octobre, a renouvelé sa demande au Kenya de prendre toute mesure nécessaire pour s’assurer que le président du Soudan, Omar Al Bachir, soit arrêté et remis à la Cour s’il visite à cette date le Kenya, en vertu des obligations du Kenya en tant qu’Etat membre au Statut de Rome depuis le 1er juin 2005.

Le 27 août, la Chambre préliminaire I avait rendu deux décisions informant le Conseil de sécurité de l’ONU et l’Assemblée des Etats parties au Statut de Rome des visites d’Omar Al-Bachir en République du Kenya et en République du Tchad, « afin qu’ils puissent prendre toute mesure qu’ils jugeront appropriée ».

Le 4 mars 2009, la Chambre préliminaire I avait délivré un premier mandat d’arrêt à l’encontre de M. Al-Bachir, considérant qu’il y a des motifs raisonnables de croire qu’il a engagé sa responsabilité pénale pour cinq chefs de crimes contre l’humanité et de deux chefs de crime de guerre. Un second mandat d’arrêt a été délivré à son encontre le 12 juillet 2010, pour trois chefs de crime de génocide.

(Mise en perspective : Martial Assème)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...