Human Rights Watch: arrêter Bosco Ntaganda

Human Rights Watch (HRW) a appelé mercredi les autorités congolaises à arrêter urgemment Bosco Ntaganda, ancien chef d'état-major du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre.

Le général congolais Bosco Ntaganda

Le général congolais Bosco Ntaganda

Dans un communiqué publié mercredi à Londres, l’ONG internationale accuse l’ancien chef rebelle passé dans le camp gouvernemental d’être impliqué depuis janvier 2010, dans l’assassinat d’au moins huit personnes, les arrestations arbitraires de sept autres personnes, ainsi que l’enlèvement et la disparition d’une personne.

La majorité des personnes prises pour cibles par Bosco Ntaganda sont des membres de la famille ou d’anciens partisans de Laurent Nkunda vivant à Gisenyi au Rwanda et à Goma dans le Nord-Kivu, précise le document.
Le gouvernement de la République démocratique du Congo doit mettre un terme à l’impunité, a lancé Anneke Van Woudenberg, chercheuse à Human Rights Watch.

Bosco Ntaganda sous le coup d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale pour crimes de guerre, notamment l’enrôlement d’enfants en 2002-2003 en Ituri.

(Extrait sonore : Anneke Van Woudenberg, chercheuse à Human Rights Watch; propos recueillis par Radio Okapi

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...