Forum d'Addis Abeba : un pas de plus vers Cancun

Le 7ème forum sur le développement de l'Afrique a ouvert ses portes à Addis Abeba et poursuivra ses travaux jusqu'au 15 octobre. Le thème de cette édition est «Agir face aux changements climatiques pour promouvoir le développement durable en Afrique».

Forum pour le développement de l'Afrique

Forum pour le développement de l'Afrique

Il s’agit d’une rencontre préparatoire à la 6ème réunion des parties signataires de la convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques (décembre 2010 à Cancun-Mexique-). Elle pourra offrir l’opportunité d’approfondir la réflexion sur les préoccupations et les attentes de l’Afrique concernant les changements climatiques après 2012.

Le Forum est une manifestation biennale, organisée à l’initiative de la commission économique, relevant de l’Union africaine, en coopération avec la Banque Africaine de Développement (BAD).

Il vise l’élaboration d’un agenda de développement pour le continent africain, dont la mise en oeuvre se fera à travers des programmes et des stratégies spécifiques. L’objectif de la 7ème édition du forum est de mieux faire connaître les résultats des dernières études réalisées sur le processus de développement dans le continent.

Il s’agit, en outre, d’identifier les objectifs, les priorités et les moyens à même de permettre aux pays africains de concrétiser les programmes mis en place en la matière. Cette manifestation revêt une importance spéciale d’autant plus qu’elle traiter des impacts actuels et futurs des changements climatiques sur le processus de développement dans les pays africains.

En effet, les changements climatiques, estiment les climatologues, constituent le plus grand défi auquel l’Afrique se trouve confrontée. Ils entravent le processus de développement durable inscrit dans le cadre des objectifs du millénaire, alors que la part des émissions de gaz à effet de serre du continent ne dépasse pas les 3% du total des émissions mondiales.

L’économie africaine est, en outre, vulnérable face à ce phénomène à cause de la faiblesse de sa capacité d’adaptation. Au plan international, il existe un consensus sur la nécessité de trouver des solutions à même de limiter les impacts de ce phénomène. Ces solutions sont étroitement liées au processus de développement économique et de progrès social dans ces pays.

Il est, également, impératif de garantir les financements nécessaires à la consolidation du processus de développement global et durable et au transfert des technologies propres vers les pays en développement.

(Extrait sonore : Josué Dioné, Directeur de la Division de la sécurité alimentaire et du développement durable à la Commission économique pour l’Afrique; propos recueillis par Jérôme Longué)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...