Droits de l'homme : publication du rapport de l'ONU sur les crimes en RDC

La nouvelle version du rapport des Nations Unies sur les crimes commis en République démocratique du Congo de 1993 à 2003 a été publié vendredi. Mis en cause, le Rwanda rejette le document le qualifiant « d'absurde ».

Le document de plus de 500 pages, résultat d’un an d’enquête, épingle l’Armée patriotique rwandaise (APR) et l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL), une coalition dirigée à l’époque par Laurent-Désire Kabila. Ces deux forces sont notamment accusées d’avoir à partir de 1996 procédé à des attaques systématiques et généralisées des camps de réfugiés hutus, abritant des anciens génocidaires des Tutsis au Rwanda en 1994 et qui avaient fui dans l’Est de la RDC avec l’arrivée du Front patriotique rwandais de Paul Kagamé au pouvoir.

Selon ce rapport, l’APR et l’AFDL auraient bénéficié de l’appui en troupes, en armement et en logistique du Rwanda pour commettre des exactions pouvant être qualifiées de « crime de génocide » devant un tribunal compétent. Des accusations qui passent mal à Kigali et qualifiées d’absurdes par le président Paul Kagamé qui avait outre menacé de retirer ses troupes des forces onusiennes présentes au Darfour, avant de se raviser. Une volte-face qui s’expliquerait par le fait que dans sa nouvelle version, le document use de précautions dans l’emploi du terme « génocide ».

Dans la préface de ce rapport, Navi Pillay, le Haut Commissaire aux droits de l’homme tient à lever toute équivoque soulignant que ce rapport ne blâme personne mais vise plutôt à établir les faits et à en appeler aux consciences.

(Mise en perspective : Martial Assème)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...