Conférence de Nagoya sur la biodiversité : saisir une dernière chance

Achim Steiner, le Directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) a mis en garde contre la perte rapide et accélérée de la biodiversité de la planète et les écosystèmes à l'ouverture d'un sommet sur la biodiversité au Japon.

Les délégués du monde entier se sont rassemblés à Nagoya, au pour discuter de la Convention sur la biodiversité biologique et des progrès relatifs à la réalisation des objectifs de la biodiversité.

Les participants à cette conférence examineront l’adoption de nouveaux objectifs pour 2020 qui visent à lutter contre la perte de la biodiversité.

Cette réunion de deux semaines vise, ainsi à fixer de nouveaux objectifs pour la conservation de la vie sur Terre. Dans ce sens, les appels ont été nombreux, tels ceux de
Ryo Matsumoto, ministre de l’Environnement du Japon qui a réitéré que la perte de la biodiversité pourrait devenir irréversible, à moins de la freiner bientôt.

La perte et la dégradation des forêts, des récifs coralliens, des rivières et les autres éléments du monde naturel ont eu une incidence nocive sur le niveau de vie dans certaines parties du monde. L’exemple le plus évident est la mesure dans laquelle la perte de corail affecte les stocks de poissons. Hachim Steiner, Directeur Exécutif du PNUE indique de son côté que les promesses faites lors du Sommet mondial sur le développement durable en 2002 n’ont pas été remplies.

Pas un seul pays adhérant à la Convention sur la biodiversité n’a atteint l’objectif 2010 de la quasi-inversion du rythme d’appauvrissement de la biodiversité. Certes la Conférence de Nagoya aura pour objectif d’aider les états à s’orienter vers le projet de plan stratégique révisé en vue de renverser la tendance.

(Mise en perspective de Maha Fayek)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...