Attentats d’Abuja : fermes condamnations du Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité a condamné dans les termes les plus vigoureux le double attentat à la voiture piégée qui a visé vendredi la capitale du Nigeria, Abuja, tuant et blessant de nombreux civils pendant les célébrations du cinquantenaire de l'indépendance du pays. Les quinze ont exprimé leur profonde sympathie et leurs condoléances aux victimes et à leurs familles, ainsi qu'au peuple et au gouvernement du Nigéria.

Le Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité

Dans un communiqué rendu public lundi, le Conseil de sécurité réaffirme que « le terrorisme sous toutes ses formes et manifestations est criminel et injustifiable, indépendamment de ses motivations, des lieux, des dates et des commanditaires ». Il insiste également sur « la nécessité de lutter par tous les moyens, conformément à la Charte de l’ONU, contre les menaces à la paix et la sécurité internationales résultant d’actes terroristes ».

Les membres du Conseil rappelle par ailleurs aux États qu’ils ont « la charge de veiller à ce que les mesures prises pour lutter contre le terrorisme soient conformes à leurs obligations internationales, en particulier le respect des droits de l’homme, celui des réfugiés et du droit humanitaire international ».

Ils soulignent aussi « la nécessité de traduire en justice les auteurs, organisateurs, financiers et commanditaires de ces actes répréhensibles », appelant « tous les États, à coopérer activement avec les autorités nigérianes à cet égard, conformément à leurs obligations découlant du droit international et des résolutions du Conseil ».

Ils réitèrent enfin « leur détermination à combattre toutes les formes de terrorisme, conformément aux responsabilités qui sont les siennes selon la Charte des Nations Unies ».

Vendredi déjà, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, avait condamné les attentats à la voiture piégée qui ont visé Abuja. « L’attaque est particulièrement navrante puisqu’elle a lieu le jour où les Nigérians célébraient le 50ème anniversaire de l’indépendance de leur pays », avait souligné le porte-parole du Secrétaire général.

Selon la presse, le double attentat qui a fait 12 morts aurait été revendiqué dans un communiqué par le principal groupe rebelle nigérian, le Mouvement pour l’émancipation du delta du Niger (MEND), ce que le Président nigérian, Goodluck Jonathan, a démenti, les attribuant à « un petit groupe terroriste installé hors du Nigeria qui a été payé par des gens de l’intérieur pour perpétrer cet acte odieux ».

(Mise en perspective : Martial Assème)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...