Une femme hors du commun à la tête de "l'ONU Femmes".

L'ex-présidente du Chili Michelle Bachelet a été nommée mardi à la tête de la nouvelle structure de l'ONU chargée d'accélérer l'amélioration de la condition des femmes dans le monde, «ONU Femmes», a annoncé le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

Michelle Bachelet a quitté en mars la présidence du Chili, dont elle a été l’un des chefs d’Etat les plus populaires. Ban Ki-moon a loué «le dynamisme» Michelle Bachelet et «sa capacité hors du commun de créer le consensus».
«Je suis sûr que sous sa direction forte, nous pouvons améliorer la vie de millions de femmes et filles à travers le monde», a ajouté Ban Ki-moon au cours d’une conférence de presse.

Ce même optimisme est celui de Michelle Bachelet qui dans une interview exclusive accordée à la Radio de l’ONU : «À l’ONU je compte mettre toute mon expérience et mes relations à contribution en vue d’améliorer la situation des femmes et des jeunes filles dans le monde. Dans plusieurs pays les femmes n’exercent pas leurs droits les plus élémentaires. Elles vivent dans des conditions difficiles, sont victimes de discrimination, voire même de mutilations, mais aux Nations Unies je crois que nous pourrons tous travailler ensemble pour améliorer leurs conditions», a déclaré la nouvelle patronne de l’entité des femmes.

Michelle Bachelet, 59 ans, aura le grade de Secrétaire général-adjoint, sous l’autorité directe de Ban Ki-moon. L’ONU s’est dotée début juillet d’une nouvelle structure disposant de pouvoirs puissants et chargée d’accélérer l’amélioration de la condition des femmes et des filles dans le monde.
L’Assemblée générale, où siègent les 192 Etats membres des Nations unies, avait adopté à l’unanimité une résolution portant création de cette «Entité de l’ONU pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes» ou, pour faire plus court, «ONU Femmes».

Cette création est le résultat de longues négociations entre Etats membres et de l’action des groupes militant pour la cause des femmes à travers le monde. L’Assemblée avait accepté en septembre dernier le principe de la création de cette entité et avait chargé le secrétariat de l’ONU d’en étudier les modalités pratiques, notamment budgétaires, avant d’approuver formellement sa création.
La nouvelle entité rassemble sous sa coupe les activités de plusieurs organes déjà existants relatives aux questions concernant les droits des femmes.

(Mise en perspective de Maha Fayek, avec un extrait sonore de Michelle Bachelet, Secrétaire générale Adjointe de l’ONU pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes).

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...