RCA : les priorités de Bozizé pour la paix, la sécurité et le développement

En marge du Sommet de haut niveau sur les Objectifs du Millénaire pour le développement, une réunion sur les défis de la consolidation de la paix et du développement en République centrafricaine (RCA) a eu lieu le 20 septembre à New York en présence du Président centrafricain Francois Bozizé et des représentants d'organisations internationales et régionales ainsi que des pays partenaires de la RCA. Cet événement a été organisé conjointement par la Commission de l'ONU de la consolidation de la paix et la Banque mondiale.

François BozizePour le Président François Bozizé, la République centrafricaine revient de loin. Le renouveau de son pays doit se manifester à travers la sécurité, la paix, la stabilité politique et institutionnelle ainsi que la relance économique.

A propos des élections, François Bozizé a tenu à donner à tous les participants à cette réunion des assurances sur son engagement pour que les actions en cours aboutissent à des élections équitables, libres et transparentes. Mais la question électorale n’est qu’un aspect d’un vaste processus de réconciliation nationale et de consolidation de la paix. A-t-il précisé. « Or ce processus d’une paix durable, ne peut aboutir sans la sécurité et la justice » a-t-il souligné. « Sécurité et justice sont donc pour nous des préoccupations constantes, car elles conditionnent la stabilisation durable du cadre sociopolitique. C’est pour cette raison qu’il me parait de la plus haute importance de vous situer sur notre perception de ces questions et de leurs perspectives, dans le cadre de nos efforts de relèvement post-conflit» a-t-il déclaré.

François Bozizé a constaté que sur le plan sécuritaire, les efforts de reconstitution des forces de défense et de sécurité de la RCA imposent des moyens colossaux et des capacités opérationnelles exceptionnelles, et immédiatement disponibles. Son pays éprouve beaucoup de difficultés à faire converger les objectifs de la reforme du secteur de la sécurité, avec les missions internationales de maintien de la paix.

A cet égard, la question du retrait de la MINURCAT, la Mission des Nations Unies en RCA et au Tchad, apparait comme une nouvelle opportunité pour soutenir les efforts de réforme du secteur de la sécurité en Centrafrique. Si le stationnement des forces de mission de la paix a eu une efficacité limitée dans le temps, il est important et logique que ce que ces troupes ont commencé à bâtir, soit consolidé dans le cadre d’un dispositif concourant à renforcer les capacités opérationnelles des Forces nationales de défense et de sécurité. La reforme du secteur de la sécurité et de la justice est désormais une nécessité, surtout maintenant que son pays s’engage dans le processus de démobilisation, de désarmement et de réintégration.

Le Président Bozizé estime que la période de transition dans son pays a été si longue que la vulnérabilité et la fragilité de son pays expose la population à des épreuves de plus en plus en plus rudes, difficiles et imprévisibles. «Nos efforts en matière de gouvernance économique et financière démontrent bien les progrès que nous faisons dans ces domaines. Mais nos performances économiques et financières demeurent si faibles, qu’il nous est difficile de nous affranchir de l’Aide au développement » a-t-il indiqué. Selon François Bozizé, la longue période de transition semble avoir atteint ses limites et son pays courre le risque d’une explosion des frustrations accumulées silencieusement par les populations pendant la période de reformes.

(Extrait sonore : François Bozizé, Président de la République centrafricaine)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...