Libéria : consolider la paix jusqu'aux élections de 2011

La situation au Libéria était au menu des discussions du Conseil de sécurité ce matin. Un Conseil de sécurité présidé en ce mois de septembre par la Turquie. Les quinze ont entendu Ellen Margrethe Loj, la Représentante spéciale de Ban Ki-moon à Monrovia.

Ellen Loj

Ellen Loj

Cette dernière, en présentant le 21ème rapport périodique du Secrétaire général sur le Libéria a dressé un bilan mitigé de la situation, en pointant du doigt, les progrès accomplis sur le plan sécuritaire ces dernières années, mais aussi les importants défis susceptibles, à terme, de retarder un transfert des prérogatives de la Mission des Nations Unies (MINUL) aux autorités nationales.

Car c’est un fait indéniable: depuis sept ans le Libéria connaît la paix grâce notamment à la présence des troupes onusiennes. Mais une paix fragile, avertit la Représentante, rappelant qu’il ne peut il y avoir de sécurité durable sans développement, ni de développement durable sans sécurité. Aussi avant d’envisager tout retrait des forces de la MINUL, importe-t-il de consolider la paix. D’où la demande d’inscription adressée à la Commission ad hoc des Nations Unies.

D’autant plus que la paix dans la sous-région est-elle aussi fragile, en raison des trafics liés à la drogue et aux armes. Une fragilité que l’on constate surtout en interne à cause de l’existence de gangs, de tensions ethniques et communales, de luttes pour les ressources naturelles et foncières.

Parmi les autres réserves mentionnées par la Représentante spéciale, on peut noter celles relatives à la corruption, la faiblesse des infrastructures et des institutions notamment judiciaires. C’est pourquoi les élections organisées en 2011 seront essentielles pour la stabilité démocratique du pays. A cela il faut ajouter, la nécessaire réconciliation nationale, mais aussi la réduction de la pauvreté et de la dette.

C’est pourquoi dans son rapport, le Secrétaire général, recommande le maintien du nombre de troupes déployées au sein de la Mission de l’ONU, soit près de 8 000 éléments ainsi que des 1 400 policiers jusqu’au lendemain des élections. Enfin, Ban Ki-Moon propose que le mandat de la MINUL soit prorogé d’un an, jusqu’au 30 septembre 2011.
(Mise en perspective: Jérôme Longué)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...