Incident de la flottille pour Gaza: débat autour du rapport de la mission d’enquête

Après la présentation de leur rapport, les membres de la mission internationale indépendante d'établissement des faits, établie par le Conseil des droits de l'homme pour enquêter sur les violations suite aux attaques israéliennes contre la flottille d'aide humanitaire à destination de Gaza, ont participé ce 28 septembre à un débat organisé à Genève sur leur mission.

Le rapport des trois experts de cette mission, le juge Karl Hudson-Philips, de Trinité-et-Tobago, Mary Shanti Dairiam, de la Malaisie, et Desmond de Silva, du Sri Lanka, établit la responsabilité pénale d’un certain nombre de personnes présumées coupables de crimes de guerre.

Karl Hudson-Philips, Président de la mission d’établissement des faits, a indiqué que le groupe d’experts s’était gardée de formuler des recommandations. Il a par ailleurs rappelé les précautions qui ont été prises pour établir ce rapport. Il a déclaré qu’il n’y avait aucune excuse pour soumettre des personnes à des exécutions sommaires. De son côté, Mary Shanti Dairiam, membre de la même mission, a expliqué que l’objectif était de constater les faits et d’en mesurer la portée juridique. Elle a souhaité attirer l’attention sur les victimes. Il s’agissait, selon elle, de civils de 29 nationalités qui bénéficiaient du large soutien de la communauté internationale et non pas de belligérants. « La manière dont a été abordé le navire était illégitime et disproportionné. Ce qui est important c’est que l’on rende justice aux victimes» a-t-elle ajouté.

Plusieurs délégués au Conseil des droits de l’homme ont dénoncé l’illégalité de l’arraisonnement commis par les forces israéliennes. Ils ont déploré qu’Israël ait refusé de coopérer avec la mission et estimé que les personnes victimes des actes illégaux de ce pays méritent réparation.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...