Haïti : le pays reste vulnérable aux tempêtes

A la suite de la tempête tropicale qui a frappé Haïti vendredi dernier, 24 septembre, l'ONU a mobilisé ses efforts pour venir en aide. Plus de 40 équipes comprenant du personnel des Nations Unies, des agences humanitaires et du Gouvernement haïtien ont procédé à une évaluation des dégâts. Une mission de reconnaissance aérienne a été menée conjointement avec le gouvernement haïtien. Les Casques bleus de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH)) ont été déployés sur l'ensemble de la ville de Port-au-Prince et ont porté assistance aux personnes bloquées dans les décombres ou qui avaient besoin d'assistance médicale.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué que les équipes de l’ONU avaient visité quelques 300 camps de déplacé internes. Dans 162 d’entre eux, elles ont recensé des besoins en abris mais aucune urgence médicale ou besoins de nourritures spécifiquement liées à la tempête n’ont été identifiés, a ajouté OCHA.
Les rapports font état de 11.000 familles ayant besoin d’assistance pour des abris, dont certains vivant dans des immeubles qui n’avaient pas été affectés par le tremblement de terre de janvier dernier », poursuit l’agence onusienne dans un communiqué. Un tiers de cette population, soit prêt de 3.200 familles, a déjà reçu de l’assistance avec la fourniture de 468 tentes et 5 478 bâches.
Les installations sanitaires ou médicales endommagées dans certains camps ont également été réparées pendant le week-end, précise OCHA, qui a puisé dans les stocks présents à Haïti pour répondre à ces urgences. L’agence demande maintenant « leur réapprovisionnement rapide ».
A l’extérieur de Port-au-Prince, dans le camp de déplacés de Corail-Cesselesse où de nombreux abris ont été emportés par la tempête, l’OIM a identifié 110 familles, soit près de 500 personnes, dans le besoin. Elles ont été transférées dans 111 abris en dur, qui font partie d’un projet de 950 constructions en dur lancé en juillet dernier.
Extrait sonore: Elisabeth Byrs, porte-parole du Bureau de la Coordination des affaires humanitaires des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...