Femmes et conflits : l'ONU revisite la résolution 1325

Presque dix ans après l'adoption de la résolution 1325 par le Conseil de sécurité sur le rôle que les femmes peuvent jouer dans la promotion de la paix et de la sécurité, les réalisations dans ce domaine n'ont pas répondu, selon le Secrétaire général des Nations Unies, aux attentes de la Communauté internationale. Ban Ki-moon a fait ce constat au cours d'une réunion interministérielle qui a eu lieu ce 25 septembre à New York sur ce sujet.

Lawrence Cannon

Lawrence Cannon

Il est temps de prendre « des engagements concrets » pour protéger les femmes et les jeunes filles des ravages de la guerre et pour s’assurer qu’elles jouent un plus grand rôle dans la prévention et la résolution des conflits, a-t-il souligné.

Le Secrétaire général a noté certains succès comme en Afghanistan et au Burundi, où l’ONU a soutenu la participation des femmes à la réforme constitutionnelle post conflit. Dans d’autres pays comme le Timor-Leste et la Sierra Leone, les Nations Unies ont aidé à augmenter la proportion des femmes dans les forces de sécurité. Mais il a constaté que les femmes sont toujours exclues des processus de paix. « Le secteur de la sécurité dans de nombreux pays est toujours dominé par des hommes », a-t-il noté.

L’Ambassadeur de la France pour les droits de l’homme, François Zimeray, qui a pris part à cette réunion, a partagé les préoccupations de son pays dans ce domaine. De son côté, le Ministre des Affaires étrangères du Canada, Lawrence Cannon, a cité quelques réalisations de son pays sur le terrain dans le cadre de la résolution 1325.

Pour transformer les discours en réalité, Ban Ki-moon a estimé qu’il fallait, « par-dessus tout mettre fin aux violations brutales et flagrantes des corps des femmes et des jeunes filles lors d’un conflit armé ». « Nous devons mettre les femmes en tête et au centre des processus de paix, des négociations et des médiations, de la gouvernance post conflit et de la reconstruction. Nous devons créer et mettre en œuvre les lois, afin que ceux qui ont commis de tels crimes soient poursuivis », a-t-il souligné.

(Extraits sonores : François Zimeray, L’Ambassadeur de la France pour les droits de l’homme ; Lawrence Cannon; Ministre des Affaires étrangères du Canada ; mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...