Désarmement : l'appel à une ratification universelle du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires

A l'occasion de la première Journée internationale contre les essais nucléaires qui a été célébrée le 29 août, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé tous les Etats à ratifier le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICE).

Cette journée marque la première célébration de la Journée internationale contre les essais nucléaires, proposée en 2009 par le gouvernement du Kazakhstan à la soixante-quatrième session de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Entre 1945 et 1996, quand le TICE a été ouvert à la signature, plus de 2.000 essais nucléaires avaient été effectués : par les États-Unis (plus de 1.000), l’Union Soviétique (plus de 700), par la France (plus de 200), par le Royaume-Uni et la Chine (45 chacune). Trois pays ont violé le moratoire de fait et testé des armes nucléaires depuis 1996 : l’Inde et le Pakistan en 1998, et la Corée du Nord, en 2006. De nombreuses tentatives de négociations ont été entreprises pendant la Guerre froide pour une interdiction complète des essais nucléaires, mais ce n’est que dans les années 1990 que le Traité se réalisa. Le TICE fut négocié à Genève entre 1994 et 1996.

Les 44 États listés dans le Traité – ceux qui avaient des capacités de technologie nucléaire au moment des négociations finales du Traité en 1996 – doivent signer et ratifier le TICE pour qu’il puisse entrer en vigueur.

Parmi eux, il en manque neuf : La Chine, la Corée du Nord, l’Égypte, l’Inde, l’Indonésie, l’Iran, l’Israël, le Pakistan et les États-Unis. En mai toutefois, l’Indonésie a annoncé son intention de ratifier le TICE. La Corée du Nord, l’Inde et le Pakistan n’ont pas encore signé le Traité. Outre ces pays, 182 pays ont signé, dont 153 ont ratifié le Traité et parmi eux trois États possesseurs d’armes nucléaires : la France, la Fédération de Russie, et le Royaume-Uni.

Cette première Journée internationale contre les essais nucléaires est célébrée alors que Ban Ki-moon a été le premier Secrétaire général de l’ONU à participer à la cérémonie annuelle de commémoration du bombardement à l’arme nucléaire des villes japonaises d’Hiroshima et de Nagasaki en 1945.

« Notre moment est venu. Nous constatons une nouvelle direction prise par les nations les plus puissantes. Nous avons vu de nouveaux engagements devant le Conseil de sécurité de l’ONU. Nous avons vu une nouvelle énergie de la part de la société civile », avait indiqué le Secrétaire général à Hiroshima.
La Fédération de Russie et les Etats-Unis ont signé cette année de nouveaux accords START qui prévoit une réduction importante de leurs arsenaux nucléaires respectifs. En septembre, l’ONU organisera une Conférence sur le désarmement à New York. « Nous devons maintenir cet élan », avait souligné Ban Ki-moon.

(Extrait sonore: Lamine Seydi, Administrateur chargé des relations extérieures et de la coopération internationale au sein du Secrétariat du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires; propos recueillis par Jérôme Longué).

Classé sous Le journal direct, Reportages.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...