Conférence de presse de Pascal Lamy sur les OMD : "Bon élève, peut mieux faire".

"Bon élève, peut mieux faire". Telle est l'appréciation que l'OMC aimerait avoir dans le cadre des contributions à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Devant la séance plénière de haut niveau du Sommet sur les objectifs du millénaire pour le développement, ce lundi 20 septembre 2010 à New York, Pascal Lamy a déclaré que les disciplines de l'OMC ont donné aux pays les moins avancés les moyens de sortir plus vite de la récession.

Le Directeur général de l’Organisation mondiale du commerce plaide pour un renforcement des échanges commerciaux et entend ainsi rappeler le rôle du commerce dans la lutte contre la pauvreté. Et cela passe par la mise en place d’un système commercial et financier ouvert, réglementé et non discriminatoire.

A cet égard, Pascal Lamy rappelle les avantages de l’ouverture des échanges commerciaux qui se manifestent dans la structure de la croissance des pays qui ont ouvert leurs frontières à l’échange. Le Directeur général de l’OMC note que les régions où les progrès d’éradication de la pauvreté ont été les plus marqués sont celles qui échangent le plus. Il existe une corrélation directe entre l’intégration dans le système commercial multilatéral et la croissance économique, entre la croissance et la réduction de la pauvreté.

Par ailleurs, le Directeur général de l’OMC rappelle que le système commercial multilatéral a servi de rempart contre les pires instincts protectionnistes durant la crise. “Le système de surveillance que nous avons mis en place a contribué jusqu’à présent à éviter un recours généralisé à des mesures commerciales restrictives qui auraient pénalisé d’abord les pays les plus pauvres”, fait remarquer Pascal Lamy.

En conclusion, Pascal Lamy note que les Objectifs du Millénaire peuvent déboucher sur un véritable développement s’ils sont atteints de manière simultanée. L’OMC entend y apporter sa contribution en menant à bien le Cycle de Doha et en faisant en sorte que l’Aide pour le commerce soit maintenue à ses niveaux actuels.

En attendant, l’OMC appelle tous les acteurs du développement à tenir leurs promesses par exemple en leur fournissant un accès aux marchés en franchise de droits et sans contingent, ou en traitant la question des subventions agricoles au coton.

(Mise en perspective : Alpha Diallo; Extrait sonore: Pascal Lamy, Directeur général de l’Organisation mondiale du commerce)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...