Ban Ki-moon plaide pour une relance des discussions sur le désarmement

Ban Ki-moon plaide une nouvelle fois pour une relance des discussions sur le désarmement, Lors d'une réunion à New York sur la revitalisation des travaux du désarmement, le Secrétaire général de l'ONU a appelle la Conférence du désarmement à saisir l'occasion de construire un monde plus sûr.

Ban Ki-moon

Ban Ki-moon

Après dix ans de blocage, la Conférence a finalement adopté en 2009 un nouveau programme de travail, mais est restée incapable de le mettre réellement en œuvre depuis. Or selon Ban Ki Moon, les prochaines années seront critiques. «Nous pouvons continuer d’aller de l’avant sur la non-prolifération nucléaire et le désarmement, ou prendre le risque de revenir en arrière », a encore expliqué le Secrétaire général de l’ONU.

Après dix ans de blocage, elle a finalement adopté en 2009 un nouveau programme de travail, mais est restée incapable de le mettre réellement en œuvre depuis. Dans ces conditions, le Secrétaire général de l’ONU a en particulier appelé à avancer les travaux de la Conférence du désarmement, qu’il a qualifié de « cadre incontesté des efforts internationaux du désarmement ».

Au cours des débats, plusieurs délégations ont exprime leurs frustrations concernant les blocages des travaux de la Conférence du désarmement. Mais pour le Cameroun, le problème du désarmement est entre les mains des grandes puissances. « Les intérêts en cause sont considérables qu’ils soient de nature politique, économique. C’est probablement ce qui explique la sage lenteur avec laquelle évoluent les négociations multilatérales », justifie Henri Eyebe Ayissi, Ministre des Relations extérieures du Cameroun.

De son cote, la France plaide pour une actualisation de l’agenda de la conférence du désarmement qui date de la guerre froide, non sans rappeler que l’arrêt des travaux a pour origine des antagonismes de nature politique. Selon le Directeur général des affaires politiques et de sécurité, « depuis maintenant plus d’un an, toutes les instances concernées par le désarmement et la non prolifération ont permis des avancées importantes, à l’exception notable de la Conférence du désarmement ». « Nous partageons les légitimes frustrations des uns et des autres nées du blocage de la CD. Nous devons réfléchir ensemble aux causes réelles de ce blocage et, comme l’Union européenne, faire des propositions pour sortir de l’impasse », a déclaré Jacques Audibert.
Mise en place en 1979, la conférence du désarmement réunit à l’heure actuelle 65 pays.

(Extrait sonore : Henri Eyebe Ayissi, Ministre des Relations extérieures du Cameroun ; Mise en perspective d’Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...