Piraterie/Somalie : Ban Ki-moon prône un renforcement des mécanismes juridiques

Le Conseil de sécurité a examiné la situation en Somalie et plus particulièrement le problème de la piraterie au large des côtes somaliennes. Un Conseil marqué d'abord par un hommage solennel des quinze aux victimes de l'attentat perpétré la veille à Mogadiscio, attentat qui visait des parlementaires et juristes réunis à l'hôtel Muna.

Security Council chamber

Security Council chamber

Le Conseil de sécurité, présidé par la Russie, a ensuite entendu plusieurs orateurs, dont le Secrétaire général des Nations Unies. Ban Ki-moon qui a présenté succinctement ses recommandations concernant le renforcement des mécanismes juridiquement existants. En fait il a proposé sept options qui envisagent différentes hypothèses allant de la création d’un tribunal somalien à un tribunal international pour juger les auteurs d’actes de pirateries, le tout sur fond de coopération avec l’Union africaine et les pays concernés.

Lors de son intervention, Ban Ki-moon a indiqué, qu’au cours des sept derniers mois, il y a eu 139 incidents de piraterie au large des côtes somaliennes. Trente navires ont été détournés et des rançons ont été versées lors de l’arraisonnement de dix-sept bateaux pour libérer 450 membres d’équipage. Par conséquent, je me félicite de l’engagement continu du Conseil de sécurité sur cette question. Par ailleurs, au cours des trois dernières années, la communauté internationale a déployé des efforts concertés pour combattre le problème, y compris en créant un Groupe de contact et en positionnant un nombre significatif de bâtiment de guerre dans la région. Cependant, le Secrétaire général estime que la communauté internationale peut faire davantage. En particulier, elle doit développer des régimes juridiques susceptibles de combattre plus efficacement la piraterie dans les eaux internationales.

A la fin de son intervention, Ban Ki-moon a également annoncé son intention de nommer un conseiller spécial sur les questions juridiques relatives à la piraterie au large des cotes somaliennes.

Le Secrétaire général, a, par ailleurs, longuement évoqué, à la fin de son intervention, l’obligation collective de la communauté internationale, de protéger les civils dans les conflits armés, et ce à l’aune des graves incidents survenus dans l’est de la RDC au cours desquels, 154 civils ont été sauvagement attaqués et violés.

Outre le Conseiller juridique de l’ONU, Patricia O’Brien, le Conseil de sécurité a ensuite entendu la trentaine d’orateurs qui participaient au débat.

(Extrait sonore : Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...