Justice juvénile : ONG, universités et politiques, trois piliers indissociables

Suite et fin de notre coup de projecteur sur l'Observatoire international de justice juvénile (OIJJ), un système interdisciplinaire d'information, d'analyse et de propositions portant sur les différents domaines qui affectent le développement de la justice des mineurs dans le monde. Cédric Foussard, le Directeur de l'Observatoire international de justice juvénile explique comment l'organisme qu'il dirige axe ses activités sur la coopération de trois partenaires indissociables que sont les organisations non gouvernementales, les universités et les politiques.

A partir de ces constats, l’Observatoire International de Justice Juvénile génère de façon impartiale des propositions de changements prenant en compte les politiques économiques, politiques et sociales et judiciaires: l’objectif étant de favoriser l’harmonisation des politiques affectant les mineurs et les jeunes délinquants.

L’Observatoire axe ses activités sur les problématiques des mineurs et jeunes en conflit avec la loi ainsi que sur les réponses apportées dans chaque pays. C’est pourquoi les activités de l’Observatoire fixent comme principal objectif le développement des mineurs et jeunes afin d’acquérir les habiletés leur permettant de devenir des citoyens libres en dehors des circuits de l’exclusion et de la réclusion. L’Observatoire est d’avis que les phénomènes internationaux de délinquance juvénile et par conséquent les évolutions de la justice juvénile doivent être étudiés et analysés à travers une perspective globale prenant en compte la pluralité des situations au niveau mondial.

(Interview: Cédric Foussard, Directeur de l’Observatoire international de justice juvénile; propos recueillis par Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...