Inondations au Pakistan : l’ONU a besoin de 460 millions de dollars

Les opérations humanitaires pour venir en aide aux populations touchées par les inondations qui frappent le Pakistan du nord au sud depuis deux semaines vont nécessiter 459,7 millions de dollars au cours des prochaines semaines, a indiqué mercredi l'ONU, lors d'un appel de fonds lancé simultanément du Pakistan, du siège de l'ONU à New York et de ses bureaux européens à Genève.

« Les inondations ont fait plus de 1.200 morts et affectées près de 10% de la population, soit environ 14 millions de personnes, dont 6 millions qui ont besoin d’une aide d’urgence », a indiqué le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence, John Holmes.

« Le bilan des morts a été jusqu’ici relativement faible par rapport à d’autres catastrophes naturelles majeures, mais le nombre de personnes touchées est extrêmement élevé. Si nous n’agissons pas assez vite, beaucoup plus de personnes pourraient mourir de maladies et de pénuries alimentaires », a-t-il ajouté, après avoir cité l’exemple de l’augmentation alarmante des maladies hydriques, en tête desquelles figurent les maladies diarrhéiques.

Sur le terrain, la situation reste incertaine, les urgences évoluant au fil des heures, en fonction des précipitations qui continuent de s’abattre sur le pays, provoquant l’évacuation ou le départ de centaines de milliers de personnes supplémentaires. A l’heure actuelle, les opérations de l’ONU sont déployées dans sept provinces du pays : Balouchistan, Pendjab, Zones tribales sous administration fédérale, Gilgit Baltistan, KPK, Cachemire sous administration pakistanaise et Sindh.

Pour l’ONU et ses agences sur le terrain, le logement est la priorité la plus urgente. Il faut 105 millions de dollars pour fournir immédiatement des tentes, des bâches en plastique et des ustensiles ménagers de base à plus de 2 millions de personnes.

« Nous travaillons sans relâche pour obtenir ces articles. Je peux dire avec confiance que la réponse ne pourrait être plus rapide », a déclaré le Coordonnateur humanitaire pour le Pakistan, Martin Mogwanja, qui a précisé que plus de 65.000 tentes avaient déjà été livrées pour au moins 450.000 personnes, ainsi que des bâches en plastique pour près de 60.000 personnes.

Selon l’ONU, compte tenu de la destruction des stocks et des moyens de subsistance de centaines de milliers de personnes, le risque de crise alimentaire est désormais très élevé au Pakistan. L’organisation évalue à 150,5 millions de dollars le coût de l’aide alimentaire nécessaire pour les six millions de personnes les plus durement affectées à travers le pays, et à 5,7 millions de dollars, le montant de l’aide à offrir pour assurer la survie du bétail.

Sur ce front, le Programme alimentaire mondial (PAM) et ses partenaires ont déjà livré plus de 4.350 tonnes de nourriture à au moins 370.000 personnes, notamment dans les régions éloignées de la Vallée de Swat, qui étaient coupées de l’aide avant qu’un pont aérien ne soit mis en place la semaine dernière.

La fourniture d’eau potable est la troisième urgence pour l’ONU, qui tente de limiter l’émergence et la propagation des maladies hydriques. Environ six millions de personnes sont dans le besoin et les opérations de distribution d’eau nécessitent 110,5 millions de dollars, ont indiqué les responsables onusiens lors du lancement de l’appel de fonds.

Quatrième poste de dépenses, les soins d’urgence pour couvrir potentiellement jusqu’à 14 millions de personnes. Ils nécessitent près de 56,2 millions de dollars et 14,2 millions de dollars sont aussi réclamés pour assurer la nutrition des plus vulnérables, les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes ou qui allaitent.

« La réponse de la communauté internationale a été jusqu’ici encourageante, il est essentiel que cela continue », a souligné John Holmes, rappelant que jusqu’à présent, les donateurs se sont engagés pour des contributions à hauteur de 47,8 millions de dollars pour financer les urgences. Si un montant supplémentaire de 99,5 millions a également été promis, il manque toujours 300 millions de dollars pour couvrir les besoins les plus urgents.

« J’appelle les donateurs à une réponse à la hauteur de la catastrophe que le pays est en train de connaître », a demandé le Coordonnateur humanitaire pour le Pakistan, Martin Mogwanja, lors d’une vidéoconférence depuis le Pakistan.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...