FAO : la crise alimentaire somalienne s’atténue

Le nombre de personnes ayant besoin d'aide humanitaire en Somalie a baissé de 25% au cours des six derniers mois pour atteindre le chiffre de 2 millions, atténuant ainsi l'une des pires crises humanitaires dans le monde, selon une étude de l'ONU publiée lundi.

Cette tendance à l’amélioration pourrait toutefois s’inverser en dépit de précipitations de pluie supérieures à la moyenne en Somalie, stimulant production alimentaire et élevage, prévient ce rapport établi à Nairobi par la cellule “Sécurité alimentaire et analyse de la nutrition » (FSNAU) de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

“La situation actuelle montre une réelle amélioration mais avec 27% de la population encore affectée par la crise, les besoins se maintiennent à un niveau élevé. De plus, si la prochaine saison des pluies est mauvaise, ces chiffres augmenteront à nouveau”, a déclaré Grainne Moloney, chef et conseiller technique de la FSNAU.

La dernière saison des pluies, d’avril à fin juin, a été bonne. Elle s’est caractérisée par des précipitations de pluie au-dessus de la moyenne dans la majeure partie du pays, dopant la production de maïs et de sorgho et améliorant les conditions générales du bétail, secteur constituant l’activité économique principale du pays.

Ces conclusions interviennent après qu’une sécheresse durable a eu pour effet de réduire la production agricole, de tuer une partie du cheptel et de plonger 42% des 7,5 millions de Somaliens dans la crise en 2009. Les prix élevés des produits alimentaires et le niveau tout aussi élevé de l’insécurité civile ont contribué à l’aggravation de la situation.

“Nous constatons que des indicateurs positifs apparaissaient dans le secteur agricole mais, pour les populations pastorales dans les régions du centre, de l’Hiran ainsi que dans certaines contrées du nord, il faudrait plusieurs bonnes saisons de pluie pour recouvrer pleinement la taille de leurs troupeaux,” déclare Luca Alinovi, responsable du Bureau de la FAO en Somalie. On estime que 40.000 personnes vivant en milieu pastoral se sont récemment retrouvées sans ressources du fait de la sécheresse.

La FSNAU, créée par la FAO afin de fournir aux organisations humanitaires des données fiables en termes de nutrition et de sécurité alimentaire en Somalie, indique qu’en dépit d’une légère amélioration de la situation de l’alimentation dans le nord de la Somalie, 90% des 35.000 enfants atteints de malnutrition aigüe dans le pays se trouvent dans la zone sud-centre durement touchée par le conflit.

L’étude met également en relief les besoins des personnes déplacées, dont le nombre est estimé à près d’1,41 million en Somalie.

La FSNAU souligne que l’épicentre de la crise humanitaire se situe toujours dans les régions du centre et de l’Hiran, essentiellement à cause des effets à long-terme de la sécheresse, des prix élevés des denrées alimentaires et de l’insécurité. Dans ces régions, il est nécessaire de consentir les efforts nécessaires pour satisfaire les besoins immédiats des populations et éviter une détérioration de la situation.

La FAO met actuellement en oeuvre 16 projets d’assistance en Somalie pour un budget supérieur à 53 millions de dollars. Le principal bailleur est l’Union européenne qui contribue à hauteur de plus de 30 millions de dollars, suivie de la Banque mondiale 97,9 millions de dollars) et de l’Espagne (3,7 millions de dollars).

Les projets visent à améliorer la production agricole des petits agriculteurs ainsi que leur accès au marché, et à augmenter leurs revenus. D’autres opérations à grande échelle comprennent la réhabilitation d’infrastructures d’irrigation et l’amélioration de pratiques agricoles par des techniques de gestion intégrée des ravageurs et de stockage.

(Extrait sonore : Luca Alinovi, Chef du Bureau de la FAO en Somalie ; propos recueillis par Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Classé sous L'info, Le journal direct.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...