Désarmement : le Cameroun défend un monde exempt d'armes de destruction massive

La Conférence du désarmement a entendu, ce mardi matin, une déclaration du Ministre des relations extérieures du Cameroun dont le pays préside la Conférence jusqu'au 24 septembre prochain.

Dans sa déclaration, Henri Eyebe Ayissi est revenu sur l’impasse dans laquelle se trouve la Conférence du désarmement depuis plusieurs années. Il se pose finalement la question de savoir si la Conférence du désarmement peut-elle encore jouir d’une capacité et d’une légitimité certaines pour ce qui concerne la recherche d’une sécurité collective ? Ou si ses instruments de travail sont-ils toujours adaptés aux exigences qu’imposent les défis actuels de notre temps ?

Dans ces conditions, le Ministre des Relations extérieures du Cameroun salue la décision du Secrétaire général de l’ONU de convoquer le 24 septembre prochain à New York un Sommet de haut niveau sur le thème de la « revitalisation des travaux de la Conférence du désarmement et faire avancer les négociations multilatérales sur le désarmement ».
Par ailleurs, le Cameroun plaide pour un juste équilibre entre, d’une part, les exigences pour la promotion du désarmement et, d’autre part, les impératifs visant à garantir la stabilité et la souveraineté de chacun de nos États. « Bien que prônant l’idéal qui est le sien de voir notre monde vivre en paix et donc débarrassé de toutes ces armes détestables, est tout autant conscient de ce que les États et les Gouvernements doivent disposer de moyens militaires adéquats pour assurer la sécurité des peuples dont ils ont la charge et assurer ainsi leur souveraineté et leur indépendance », poursuit Henri Eyebe Ayissi.

C’est pourquoi, Yaoundé pense que la Conférence du désarmement a une exigence forte en termes de responsabilité historique. Et face aux difficultés présentes et auxquelles fait face la Conférence par ces temps de grandes incertitudes, le Ministre camerounais note que la Conférence du désarmement doit transcender résolument ces difficultés pour s’atteler à réaliser ses nobles idéaux, à savoir une vision d’un monde sûr qui serait exempt d’armes de destruction massive.

(Mise en perspective d’Alpha Diallo, avec un extrait sonore d’Henri Eyebe Ayissi, le Ministre des relations extérieures du Cameroun)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...