Côte d’Ivoire : former les ex-combattants pour appuyer la reconstruction

Près de 3.000 personnes, en majorité des femmes et d'anciens combattants démobilisés dans la région de Bouaké, au centre de la Côte d'Ivoire, vont recevoir des formations spécialisées dans les secteurs de la construction et de la confection, dans le cadre d'un projet mené par l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) et financé par le Japon.

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire

Valable deux ans et d’un montant de 3,5 millions de dollars, l’accord a été signé lundi à Abidjan, entre le Directeur général adjoint de l’ONUDI, Yoshiteru Uramoto, et l’Ambassadeur du Japon en Côte d’Ivoire, Yoshifumi Okamura.

Le ministre ivoirien de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, Atsé Benjamin Yapo, et celui de l’industrie et de la promotion du secteur privé, Moussa Dosso, ont également assisté à la cérémonie de signature de cet accord.
« Le Japon attache une grande importance au rôle de l’ONUDI dans les pays qui sortent de conflit, en particulier pour ce que l’agence onusienne fait dans la restauration des économies et la consolidation de la paix. Ce qui est important pour l’avenir, c’est que la jeunesse acquiert des compétences et des qualifications techniques pour qu’elle soit impliquée dans la relance de l’économie et la reconstruction », a indiqué l’ambassadeur du Japon.

Le projet prévoit que l’ONUDI reconstruise à Bouaké, un centre destiné à offrir, en fonction des besoins du marché du travail, des formations professionnelles dans la confection, la couture, la sidérurgie, la mécanique, la menuiserie, la plomberie, le bâtiment, l’électricité et la santé.
« C’est un projet destiné à aider le gouvernent ivoirien dans ses efforts visant à la création d’une paix durable, à l’éradication de la pauvreté et la mise en place d’un développement économique et social durable », insisté de son côté le Directeur général adjoint de l’ONUDI, Yoshiteru Uramoto, qui a également souligné que ces formations permettraient à ceux qui les recevront de « développer leurs capacités entrepreneuriales pour créer leur propre micro-entreprise et générer des revenus ».

Ce projet viendra compléter d’autres programmes déjà mis en place par les organes de l’ONU et d’autres partenaires pour participer directement à la reconstruction du pays et la réhabilitation du système éducatif ivoirien.

(Mise en perspective : Martial Assème)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...