Personnel de santé : incitation à œuvrer dans les zones rurales

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a exhorté la semaine dernière les Etats à encourager, y compris par des primes, les professionnels de la santé à s'installer dans les zones rurales ou reculées où des millions de personnes manquent cruellement de médecins.

Médecine rurale à Kwa-Zulu Natal, en Afrique du Sud

Médecine rurale à Kwa-Zulu Natal, en Afrique du Sud

Pour guider les gouvernements dans cet objectif, l’OMS a établi une liste de 17 recommandations, en matière de formation, réglementation, incitations financières et soutien professionnel et personnel. Ces recommandations visent à enrayer la pénurie de personnel médical qui prive les populations vivant en milieu rural de soins essentiels. Selon l’OMS, plus de 60% des infirmières et 76% des médecins travaillent en ville alors que la moitié de la population mondiale vit en zones rurales. En outre de nombreux personnels de santé migrent vers des pays plus riches fragilisant des systèmes de santé précaires.

Concernant la formation, l’OMS recommande de situer les écoles de médecine hors des grandes villes afin que les futurs diplômés aient plus envie d’y rester. Elle suggère aussi de mettre en place un système de primes, d’indemnités de logement, de gratuité des transports et de congés payés suffisamment attractif pour attirer à la campagne les jeunes médecins. Le Directeur des ressources humaines de l’OMS, Manuel Dayrit, présente quelques exemples sur le terrain de l’application des recommandations de son Agence dans le domaine de la formation et de l’accompagnement des médecins dans les milieux ruraux sur le continent africain.

(Extraits sonores : Manuel Dayrit, Directeur des ressources humaines de l’OMS ; interview : Alpha Diallo ; mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...