Droits des victimes : trop souvent occultés

Dans ce numéro d'Escale cette semaine, retour sur le Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale, organisé il y a quelques semaines, à Salvador de Bahia.

Une douzième session, au cours de laquelle, les défis et droits des victimes ont fait figure de parents pauvres. Une situation que déplore le Professeur d’université canadien Irvin Waller, vice-président de l’Organisation internationale d’aide aux victimes.

L’Organisation a pour but de promouvoir un changement sur les questions relatives aux victimes et à la prévention de la violence. Elle fournit une formation et une assistance technique mais aussi une aide aux victimes et survivants de crimes, d’abus de pouvoir, actes de terrorisme, tortures et autres événements traumatiques. Pour l’Organisation, les victimes ont le droit à la protection, au respect de leur vie privée, à la confidentialité, à l’information, au soutien médical et aux soins primaires. Elles doivent aussi pouvoir bénéficier d’une aide juridique, de réparations ou compensations, d’une justice rapide, et être traitées avec dignité et de compassion.

Interview : Irvin Waller, Professeur de criminologies à l’Université d’Ottawa, vice-président de l’Organisation internationale d’aide aux victimes

Interview et présentation : Jérôme Longué
Mixage et production : Cristina Silveiro


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...