Crise mondiale : le taux de chômage des jeunes a augmenté de 7% depuis deux ans

Les jeunes ont été frappés de manière disproportionnée par la crise mondiale qui a éclaté à l'automne 2008. Cette tendance a exacerbé les défis latents et il est fort à craindre que, si l'on ne fait rien, la situation des jeunes va devenir intenable, menaçant la cohésion sociale. C'est ce qui ressort du rapport intitulé: "L'emploi des jeunes en période de crise", publié par l'Institut international d'études sociales et le Bureau international du travail (BIT).

Depuis le début de la crise, le taux de chômage des jeunes a augmenté de plus de 7 points de pourcentage – la hausse la plus brutale jamais enregistrée pour une période de deux ans – et dépasse maintenant 21 pour cent en moyenne dans les pays pour lesquels nous disposons de données. Au total, les jeunes – c’est-à-dire âgés de 15 à 24 ans – représentent plus de 22 pour cent de la hausse du nombre de chômeurs depuis le début de 2007, et leur nombre atteint maintenant près de trois fois le niveau moyen observé chez les adultes de 25 ans et plus.

Avec des conditions qui continuent de se dégrader sur le marché du travail, le chômage de longue durée parmi les jeunes a déjà commencé à augmenter dans presque tous les pays, surtout en Espagne et aux Etats-Unis. L’impact du chômage de longue durée sur la jeunesse peut être dévastateur et durable. Les jeunes, qui manquent d’éducation générale ou professionnelle et d’expérience, sont tout particulièrement vulnérables à la crise.
De nombreux jeunes qui ont du travail sont «surqualifiés» pour le poste qu’ils occupent. Un sentiment de découragement et de précarité se répand à toute vitesse.

Dans ce contexte, l’Organisation internationale du travail (OIT) recommande l’adoption d’une stratégie cohérente combinant des politiques macroéconomiques de soutien, des transitions renforcées de l’école vers la vie professionnelle et une prise en charge bien conçue des chômeurs ou de ceux qui sont menacés d’exclusion est nécessaire, comme pratiquées en Allemagne ou au Brésil. La crise doit être considérée comme une occasion de résoudre les problèmes chroniques de l’emploi des jeunes et de développer des stratégies qui prennent en compte toutes les dimensions du travail décent et pas seulement l’emploi des jeunes en termes quantitatifs.

Tout cela a bien sûr des implications budgétaires à court terme. Or, une analyse récente indique qu’il est possible d’encourager l’emploi tout en atteignant des objectifs budgétaires et sociaux à plus long terme.

Par ailleurs, l’OIT estime que les partenaires sociaux ont un rôle clé à jouer pour relever les défis que rencontrent les jeunes et pour créer un environnement durable où les jeunes peuvent mettre leur potentiel de développement à long terme au service de leur bien-être individuel et de l’intérêt général.

(Extrait sonore : Raymond Torrès, Directeur de l’Institut international d’études sociales; propos recueillis par Jérôme Longué)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...