Conseil de sécurité : la Somalie, l'Erythrée et Djibouti au cœur du débat

La question de la Somalie et de Djibouti et de leur conflit avec l'Erythrée a été débattue ce matin au Conseil de sécurité des Nations Unies. Dans un rapport de Ban Ki-moon, le patron de l'ONU note que malgré les positions qu'il a adoptées de longue date sur la Somalie et Djibouti, le gouvernement érythréen a récemment pris un certain nombre d'initiatives pour engager un dialogue constructif avec ses voisins et la communauté internationale au sens large.

Le Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité

Il a ainsi reçu des représentants du Comité des sanctions à Asmara, participé à la Conférence d’Istanbul sur la Somalie et pris part aux efforts de médiation régionaux dirigés par le Qatar concernant le conflit frontalier l’opposant à
Djibouti – autant d’événements dont il y a lieu de se réjouir.

Dans son plus récent rapport sur la question, Ban Ki moon s’est félicite de l’approbation de la Déclaration d’Istanbul sur la Somalie par l’Érythrée, qui marque une rupture notable avec sa politique antérieure, qui consistait à contester la légalité et la légitimité du Gouvernement fédéral de transition et à exiger l’expulsion des forces de la Mission de l’Union africaine en Somalie.

Dans ce contexte, il s’est dit encouragé de voir que l’Érythrée est désormais engagée dans un effort tendant à trouver un règlement pacifique du conflit frontalier et à normaliser ses relations avec Djibouti. Ban Ki-moon espère néanmoins que le nouveau Groupe de contrôle sur la Somalie et l’Érythrée, pourra, en toute indépendance, surveiller la mise en œuvre des mesures imposées par la résolution 1907. Aussi la représentante de Djibouti à l’ONU a estimé que beaucoup de choses restent en suspend et qu’il est temps de régler une fois pour toutes le conflit frontalier

Pour rappel, c’est l’Erythrée qui avait agressé il y a deux ans Djibouti, mais récemment grâce aux positions fermes du Conseil de sécurité, les choses ont bien évolué… D’ailleurs Djibouti compte beaucoup sur la médiation du Conseil et celle de l’émirat du Qatar pour résoudre ce contentieux de façon pacifique.

(Mise en perspective de Maha Fayek)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...