Un plan d'action pour lutter contre la mortalité maternelle et infantile

Washington accueille dès aujourd'hui et jusqu'au 9 juin une conférence mondiale sur les femmes sur le thème : « Apporter des solutions pour les jeunes filles et les femmes ».

Une maman avec son enfant.

Cette rencontre de haut niveau doit mettre l’accent sur les problèmes notamment de santé et de bien être des femmes. Elle place au premier plan le dialogue sur la scène mondiale avec deux messages forts : les objectifs du millénaire pour le développement ne pourront pas être atteints sans investir dans les femmes. Tel a été le message de Ban Ki moon qui a lancé un plan d’action conjoint en faveur de la lutte contre la mortalité maternelle et infantile.

Ban Ki-moon à Washington.

2010 doit marquer un tournant dans les efforts collectifs pour garantir une meilleure santé pour les femmes. D’emblée, lors de son adresse à la Conférence de Washington, Ban Ki-moon a voulu passer à l’action avec le lancement d’un plan d’action conjoint pour accélérer les progrès en matière de réduction de la mortalité maternelle et infantile pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le Développement durable d’ici à 2015.

Cela passe, pour les Nations Unies, par une coordination accrue des efforts au niveau des services et infrastructures sanitaires de base pour garantir que les services essentiels, tels de simples tests sanguins, des suivis médicaux, des antibiotiques, des dépistages du VIH-sida, ou encore des suivis pendant la période de grossesse et post-grossesse etc…, soient assurés aux femmes et aux enfants. Pour cela il faut une mobilisation de tous : les gouvernements, les ONG et le secteur privé afin que les femmes et les enfants puissent bénéficier des services de base qui pourront sauver des millions de vies humaines. Il faut également, selon Ban Ki-moon, un seul gage de réussite : pouvoir travailler en étroite coordination et ensemble.

Aux côtés de Ban Ki-moon de nombreuses personnalités se prononcent à cette conférence – à l’instar de la vice-présidente de la Banque mondiale pour l’Afrique, Ngonzi Okonjo Iweala, l’épouse du milliardaire Bill Gates, co-fondatrice de la fondation Bill et Melinda Gates, ou encore l’ancienne présidente du Chili, Michelle Bachelet. Elles interviennent sur des thèmes aussi variés que la santé maternelle, la santé sexuelle et le sida chez les femmes, l’autonomisation des femmes, les femmes et le pouvoir et la réduction de la mortalité maternelle et infantile.

(Mise en perspective de Maha Fayek)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...