Produits alimentaires : la régulation des marchés est souhaitable

Une certaine régulation des marchés à terme des produits alimentaires de base est souhaitable, estime la FAO dans une note de synthèse publiée ce 23 juin, mais toute intervention devra être prudente et se garder d'imposer des limites strictes ou une interdiction formelle sur ces transactions.

Le document de la FAO souligne que la flambée mondiale des prix alimentaires d’il y a deux ans, pourrait avoir été amplifiée par la spéculation sur les marchés. Néanmoins, la limitation ou l’interdiction des transactions spéculatives pourrait faire plus de mal que de bien. Si la spéculation à terme semble avoir affecté les prix à court terme, les efforts de réduction de la spéculation pourraient avoir des conséquences involontaires à plus long terme, et toute limitation pourrait détourner les spéculateurs des transactions et réduire -de ce fait- les liquidités des marchés disponibles pour garantir la couverture des risques.

“En conséquence, les propositions de créer un fonds international d’intervention face aux hausses de prix pourraient donc ne pas être la meilleure solution”, met en garde la FAO. De plus, un fonds de ce genre exigerait des ressources exorbitantes pour lutter efficacement contre la spéculation.

Au lieu de cela, des mesures de régulation devraient viser essentiellement à améliorer la confiance dans le bon fonctionnement du marché, notamment en renforçant la transparence et la quantité d’informations disponibles sur les négociations, ou en enquêtant de près sur les comportements suspects des opérateurs, comme le pratique déjà l’organe de tutelle du marché des Etats-Unis.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...