Peuls Mbororo : Hawé Bouba préoccupée par la fin du nomadisme

La Camerounaise Hawé Bouba est la présidente de l'Organisation africaine des femmes autochtones (OAFA). Elle était récemment au Siège des Nations Unies à New York pour participer à la 9eme session de l'Instance permanente des peuples autochtones. Elle explique ses préoccupations quant au mode de vie des Mbororo, peuples nomades, qui sont aujourd'hui confrontés à la fin du nomadisme à cause de l'exigüité actuelle des terres qu'ils partagent avec d'autres peuples en Afrique centrale.

Les Mbororo sont des pasteurs nomades qui pratiquent un élevage extensif dont les besoins en terre de pâturage sont importants. Il ne s'agit plus forcément du nomadisme surtout dans les zones de forte densité de population. Maintenant les Mbororo sont plus ou moins sédentaires, et seuls les animaux effectuent des déplacements saisonniers à la recherche de l'eau et des pâturages. C'est la transhumance. Ainsi donc, tout ce qui peut porter atteinte à la croissance qualitative et quantitative du troupeau ou limiter l'accès à la terre est forcément un facteur d'appauvrissement.

Au-delà de l'accès à la terre, il est surtout question de la sécurité foncière dont les Mbororo ont besoin dans un contexte de croissance démographique et des pressions foncières de plus en plus fortes. Les Mbororo ont ainsi défini le pauvre comme étant quelqu'un qui n'a pas un cheptel important ou qui ne dispose pas suffisamment de terre pour faire paître ses animaux

(Extrait sonore : Hawé Bouba, présidente de l'Organisation africaine des femmes autochtones (OAFA) ; propos recueillis par Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...