Nucléaire : l'AIEA exhorte Téhéran à coopérer

Le nucléaire uranien domine à nouveau les discussions du Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), qui a entamé ses travaux ce lundi à Vienne.

Yukiya Amano/Foto:OIEA-D.Calma

Yukiya Amano/Foto:OIEA-D.Calma

À l’entame de cette réunion, le patron de l’Agence internationale de l’énergie atomique a indiqué que Téhéran continue d’entretenir le flou sur ses activités nucléaires. De l’aveu de Yukiya Amano, l’AIEA poursuit la vérification du non-détournement de matières nucléaires déclarées en Iran, toutefois le manque de coopération des autorités du pays ne permet pas à l’Agence de confirmer le caractère pacifique de son programme nucléaire.

Rappelant aux dirigeants iraniens leurs obligations, Yukiya Amano a insisté sur la nécessaire coopération qui comprend entre autres, la mise en œuvre des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies et de l’AIEA, l’application du protocole additionnel ainsi que la clarification liée à la possible dimension militaire du programme nucléaire iranien.

S’agissant de l’accord d’échange d’uranium passé par Téhéran avec la Turquie et le Brésil, le Directeur général de l’AIEA a déclaré attendre la réponse des membres du groupe de Vienne à savoir les Etats-Unis, la France et la Russie.

En octobre dernier, l’ancien patron de l’AIEA Mohamed El Baradei avait proposé à l’Iran un projet d’accord par lequel son uranium faiblement enrichi serait expédié pour être enrichi en Russie avant la transformation en combustible en France. Une offre qu’avait rejetée Téhéran.

(Nise en perspective de Martial Assème, avec un extrait sonore de Yukiya Amano, Directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...