H1N1 : l'OMS dément avoir été influencée

Dans un courrier rendu public mardi, Margareth Chan a rejeté catégoriquement les accusations du British Medical Journal faisant état des intérêts commerciaux ayant conduit à l'alerte à la grippe pandémique H1N1 lancée par l'Organisation mondiale de la santé le 11 juin 2009.

A en croire le journal britannique, les recommandations de l’OMS auraient été élaborées par des experts ayant des liens étroits avec des laboratoires fabricant des antiviraux. Pour Gregory Hartl, porte-parole de l’OMS chargé des questions liées à la grippe H1N1, l’organisation onusienne n’a rien à se reprocher d’un point de vue éthique.

« L’OMS a toujours placé la santé publique au cœur de ses priorités et est consciente d’avoir agi de bonne foi. », a déclaré Gregory Hartl.

La directrice générale de l’OMS a par ailleurs démenti les affirmations selon lesquelles, sa structure a répandu des inquiétudes infondées au sein de la population mondiale.

Le 3 juin dernier, l’OMS a décidé de maintenir le niveau de l’alerte pandémique sur la grippe H1N1 qui a fait près de 18.100 morts dans le monde depuis sa découverte en avril 2009 rien qu’en Amérique.

Le groupe d’experts de l’OMS doit se réunir du 30 juin au 2 juillet à Genève. Les conclusions sont attendues début 2011.

(Mise en perspective : Martial Assème)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...