Désertification: le monde se mobilise contre ce fléau

La Communauté internationale a célèbre le 17 juin, la Journée mondiale de la lutte contre la désertification et la sécheresse. À cette occasion, le Secrétaire général des Nations Unies a indiqué que plus d'un milliard de personnes pauvres et vulnérables vivent dans les zones arides de la planète. Ban Ki-moon a souligné que cette Journée mondiale était l'occasion de réaffirmer que nous sommes déterminés à combattre la désertification et la dégradation des sols et à atténuer les effets de la sécheresse.

Ce combat contre la désertification est évoqué par Melchiade Bukuru. Le Chef du bureau de liaison, à New York, de la Convention de l’ONU sur la lutte contre la désertification, met en exergue quelques exemples africains de lutte contre la désertification.

Rappelons que le 17 juin 1992, les Nations Unies ont adopté la convention sur la lutte contre la désertification (UNCCD).

Cette journée a pour but de nous rappeler les dangers de la désertification et de la sécheresse dans le monde. Selon la définition qu’en donne l’UNCCD, la désertification c’est la dégradation des sols dans les zones arides, semi-arides et sub-humides, quand les sols sont fragilisés, le couvert végétal amenuisé et le climat impitoyable. Cela représente 4 milliards d’hectares des terres émergées du globe. Chaque année, c’est quasiment 24 milliards de tonnes de sols fertiles qui disparaissent.

Plusieurs causes sont responsables de cette désertification. Les principales étant les variations climatiques ainsi que les activités de l’homme. Les impacts sont avant tout sur l’environnement, car la désertification rend les terrains inondables, ce qui entraîne une salinisation des sols, et donc une détérioration de la qualité de l’eau. En second lieu, l’impact est aussi économique.

En effet, au niveau planétaire le manque à gagner s’élève à 42 milliards de dollars pour les régions touchées par la désertification selon la Banque mondiale. Enfin, la dégradation des sols entraîne la pauvreté et la migration de masse à cause des famines qu’elle génère. On estime à 60 millions le nombre de personnes qui entre 1997 et 2020 partiront des zones désertifiées de l’Afrique sub-saharienne pour le Maghreb et l’Europe. Les principales régions les plus menacées sont l’Afrique, l’Asie et l’Amérique latine, soit environ 110 pays.

La meilleure solution et la moins coûteuse est celle qui consiste à régénérer les sols et les fertiliser grâce au composte et sa matière organique. Le reboisement est aussi une solution car les arbres permettent de fixer les sols, d’en renforcer la fertilité et d’absorber l’eau lors de fortes précipitations. Laisser les sols se reposer de temps en temps est également une bonne solution.

(Extrait sonore : Melchiade Bukuru, Chef du bureau de liaison, à New York, de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification ; propos recueillis par Jean-Pierre Amisi Ramazani)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...