Côte d'Ivoire : une impasse politique complexe et délicate

Le Conseil de sécurité a entendu ce matin sur la situation en Côte d'Ivoire, YJ Choi, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies et patron de la Mission des Nations Unies déployée sur place (ONUCI).

Choi Young-Jin

Choi Young-Jin

YJ Choi a dépeint un tableau peu rassurant d’une crise ivoirienne alimentée par les questions de la réunification et des élections. Selon lui, les deux éléments forment un cocktail détonnant qui crée une impasse politique complexe et délicate tant les protagonistes défendent leurs intérêts respectifs.

Ainsi, le camp présidentiel veut la réunification avant les élections De son côté, l’opposition prône les élections avant la réunification. Enfin, les Forces nouvelles défendent le principe de l’identification avant la réunification.

Une situation peu encourageante reconnait le diplomate sud-coréen qui rappelle les frustrations accumulées depuis huit ans. Dans ce contexte l’ONUCI envisage quatre options : renforcer le mandat de la mission pour organiser les élections, ce que veut l’opposition; le retrait de la Mission onusienne, soutenu par certains observateurs; le maintien du statu quo, appuyé par les Forces nouvelles et le Facilitateur; et enfin la rationalisation du mandat de l’ONUCI, soutenue par des experts en Côte d’Ivoire.

Fort de ces observations, Ban Ki-moon recommande dans son dernier rapport que l’ONUCI maintienne ses composantes militaires et de police jusqu’à la fin 2010, date à laquelle une évaluation de la mission sera remise. Entre-temps, trois priorités demeurent: maintenir la paix et la sécurité, y compris la protection des civils; sauvegarder les résultats obtenus dans les domaines de la réunification et des élections, enfin, aider à élaborer au plus vite la liste électorale.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...