Burundi : le BINUB contribue à apaiser les tensions électorales

Au Burundi, le Représentant exécutif du Secrétaire général des Nations Unies au Burundi et Chef du Bureau intégré de l'ONU dans ce pays (BINUB) a rencontré les cinq candidats qui ont annoncé le 1er juin avoir retiré leur candidature à l'élection présidentielle du pays prévue le 28 juin prochain.

Carte d'identité nationale

Carte d'identité nationale

Ces candidats, parmi lesquels Léonard Nyangoma du parti CNDD, et chef de l’ex rébellion hutu, ainsi que Agathon Rwasa, chef de l’ex rébellion des FNL, sont venus récupérer leurs dossiers dans les locaux de la Commission nationale électorale indépendante (Ceni).

Charles Petrie indique qu’ils lui ont confirmé que la paix n’était pas du tout menacée au Burundi. Ils ont expliqué qu’ils avaient des préoccupations sur le déroulement des élections communales du 24 juin. Le Chef du BINUB leur a demandé de bien spécifier leurs préoccupations, leurs allégations de fraudes et d’irrégularités, et de les soumettre aux mécanismes de gestion des contentieux qui ont été établis. Selon le Représentant exécutif du Secrétaire général des Nations Unies au Burundi «le Burundi d’aujourd’hui n’est pas le Burundi d’il y a 10 ans. Il y a des contentieux mais aujourd’hui ils se règlent par la parole et pas par les armes ».

Les cinq candidats ont demandé la démission la semaine dernière de la Commission nationale électorale indépendante (Ceni) après avoir dénoncé des fraudes massives lors des élections communales du 24 mai, premières d’un marathon électoral crucial pour le pays.

Les principaux partis d’opposition ont dénoncé des “fraudes massives orchestrées par le parti au pouvoir” CNDD-FDD du président Pierre Nkurunziza, lors du scrutin et en ont réclamé l’annulation. Seuls deux candidats restent en lice : le président sortant Pierre Nkurunziza, désormais largement favori, et le premier vice-président actuel du Burundi et candidat du principal parti tutsi Uprona, Yves Sahinguvu. Par ailleurs, des violences postélectorales ont opposé, la semaine dernière à Bujumbura, des militants de l’opposition à la Police anti-émeute qui a procédé à une cinquantaine d’arrestations parmi les manifestants.

(Extrait sonore : Charles Petrie, Représentant exécutif du Secrétaire général des Nations Unies au Burundi et Chef du BINUB ; propos recueillis par Jean-Pierre Amisi Ramazani)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...