RDC : le point de Gérard Araud sur l’avenir de la MONUC

L'Ambassadeur Gérard Araud, le Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies, qui a conduit le weekend dernier une mission du Conseil de sécurité en République démocratique du Congo (RDC), révèle le message du Conseil de sécurité aux autorités de ce pays ainsi que ce qui ressort de cette visite en RDC. Lors d'une visite de trois jours en RDC, cette délégation du Conseil de sécurité de l'ONU a pu échanger des idées avec les autorités congolaises sur l'avenir de la Mission des Nations Unies en RDC (MONUC).

La délégation s’est entretenue avec le Président congolais Joseph Kabila, son Premier ministre Adolphe Muzito, le Président du Sénat, entouré des chefs des principaux partis politiques et celui de l’Assemblée nationale. Elle a également rencontré des représentants de la société civile congolaise, des organisations non gouvernementales et des différentes agences onusiennes présentes sur le terrain.

Dans une conférence de presse tenue le 15 mai à Kinshasa, le diplomate français a insisté sur la raison d’être de cette visite. « Les discussions n’ont pas été centrées sur un retrait immédiat de toutes les troupes onusiennes. Nous ne sommes pas venus négocier, nous sommes venus écouter, échanger des idées », a-t-il insisté. Il a expliqué qu’il y avait « au fond, un accord » entre les autorités de la RDC et le Conseil de sécurité : « l’accord, c’est que la MONUC ne restera pas indéfiniment, mais elle partira en laissant derrière elle une situation en ordre ».

Le chef de la délégation a également souligné la nécessité de « travailler ensemble », car l’ONU et les autorités congolaises poursuivent un « objectif commun qui est une paix développée, stable au Congo ». « Le Conseil de sécurité doit prendre prochainement des décisions très importantes sur le renouvellement du mandat de la MONUC. Nous allons sans doute passer d’une MONUC plutôt engagée du point de vue militaire, à une MONUC plutôt engagée dans la reconstruction » a-t-il poursuivi, avant d’expliquer que « si la MONUC était reconfigurée », ce serait « en commençant par des zones où la situation sécuritaire s’est améliorée ».

Selon la presse, les autorités congolaises souhaitent un départ rapide de la MONUC, ou au moins une modification de son mandat, s’il était encore étendu. De son côté, l’ONU entend procéder à un retrait graduel, par crainte de voir le pays replonger dans l’instabilité et la violence, anéantissant de fait les dix années de travail de la MONUC en RDC.

(Extrait sonore : Ambassadeur Gérard Araud, Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies ; propos recueillis par Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...