Nucléaire iranien : il faut plus de transparence malgré des avancées

Le Secrétaire général des Nations Unies a salué ce 24 mai l'accord passé la semaine dernière entre l'Iran, le Brésil et la Turquie pour tenter de dénouer la crise internationale liée au programme nucléaire iranien mais a rappelé que l'Iran devait faire preuve de plus de transparence.

« A Istanbul, j’ai dit au Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, que je saluais les efforts diplomatiques entrepris par son pays et le Brésil, pour résoudre les tensions internationales découlant du programme nucléaire iranien », a indiqué Ban Ki-moon lors de sa conférence de presse mensuelle, ajoutant qu’il rencontrerait en fin de semaine, a Rio de Janeiro, le Président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva.

Ban Ki-moon a en suite expliqué que l’Iran avait transmis à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) une lettre l’informant de l’accord signé la semaine dernière avec le Brésil et la Turquie et prévoyant la fourniture de combustible nucléaire pour le réacteur de recherche médicale de Téhéran. Le Secrétaire général des Nations Unies a indiqué que l’AIEA allait maintenant étudier cette lettre des autorités iraniennes tout en rappelant que l’Iran devait montrer plus de transparence sur son programme nucléaire.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...