Humanitaire: terreur suite aux attaques de la LRA et des groupes armés en RCA

En raison de l'insécurité, les humanitaires ne peuvent pas venir en aide à des milliers de personnes déplacées en République centrafricaine (RCA).

Des civils fuient les attaques de la LRA en RDC.

Des civils fuient les attaques de la LRA en RDC.

Selon le Chef du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) en RCA, dans cette zone, les principaux défis humanitaires sont liés à la protection civile et l’accès humanitaire. En cause, certaines poches de conflit et les exactions de l’Armée de résistance du seigneur (LRA). « Des groupes rebelles sont encore actifs dans le Nord de la RCA et la LRA provoque une vraie terreur chez les populations dans le Sud-Est », avertit Jean-Sébastien Munié.

Les dernières atrocités du mouvement armé ougandais ont provoqué le déplacement d’environ 20 000 personnes supplémentaires. Ces derniers mouvements de populations dans les régions du nord et du sud-est portent le nombre total de personnes déplacées à l’intérieur du pays à environ 180000. Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires en RCA note que ces trois derniers mois, il y a une détérioration de l’accès humanitaire. « Les organismes humanitaires ont des problèmes pour atteindre les personnes vulnérables et cela est vraiment préoccupant », fait remarquer Jean-Sébastien Munié. Le Chef d’OCHA en RCA souligne que la « LRA provoque une vraie terreur chez les populations et ce groupe rebelle a un potentiel de terreur qui est sans doute unique au monde ou l’une des pires au monde ».

Cela a pour conséquences directes, une assistance humanitaire délivrée uniquement sous escorte. « L’assistance humanitaire ne peut être délivrée que si elle arrive à bon port sans subir des attaques ou des violences et pour cela des escortes sont organisées avec les autorités centrafricaines », ajoute Jean-Sébastien Munié. Il indique que le Gouvernement centrafricain a déployé ces dernières semaines plus de 250 hommes supplémentaires pour assurer la sécurité dans les zones où la situation reste très volatile. En prévision d’un éventuel départ ou d’une réduction des effectifs de la MINURCA, Jean-Sébastien Munié note que même si le Gouvernement centrafricain fait de son mieux, cela ne serait pas suffisant pour assurer l’escorte des humanitaires. « L’accès est déjà très restreint et risque de se restreindre davantage à des missions sporadiques escortées », avertit-il. Sur le terrain, les besoins les plus urgents pour les populations vulnérables sont la nourriture, l’eau, l’assainissement et les abris indispensables avec l’arrivée de la saison des pluies.

(Extrait sonore : Jean-Sébastien Munié, Chef du Bureau de l’OCHA en République centrafricaine ; propos recueillis par Alpha Diallo)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...