Conférence de révision du statut de Rome : l’ère de l’impunité doit se clore

Une réunion internationale s'est tenue ce lundi à Kampala en Ouganda, pour procéder à la première révision du Statut de Rome. Ce fut l'occasion de réaffirmer avec force le refus collectif de l'impunité pour les auteurs de crimes contre l'humanité, afin que nul n'ose plus les commettre.

Dans son adresse à la Conférence, Ban Ki-moon a fait le constat de l’efficacité de la Cour et mesuré le chemin parcouru. Une cour qui aujourd’hui mène des enquêtes, et juge des crimes de guerre.

Mais pour continuer d’être un instrument efficace de dissuasion autant que de justice, la Cour doit jouir d’un appui universel. “Toutes les nations doivent devenir parties, et celles qui le sont déjà doivent coopérer sans réserve avec la Cour, notamment en la soutenant publiquement et en donnant scrupuleusement effet à ses décisions » a ajouté le Secrétaire général des Nations Unies.

À la veille de la Conférence de révision du Statut de Rome, le patron de l’ONU a participé à un match de football en hommage aux survivants de crimes de guerre.

À l’avant-veille de cette rencontre, en visite au Malawi, Ban ki-moon a loué le “courage” de la décision prise samedi par le Président Bingu wa Mutarika de pardonner un couple homosexuel récemment condamné à 14 ans de prison. Il a dit espérer voir ce pays d’Afrique australe, qui préside actuellement l’Union africaine (UA), changer sa législation criminalisant l’homosexualité.

(Mise en perspective de Maha Fayek)


Classé sous Droit et crime, L'info, Magplus.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...