Bosnie : appliquer les Accords de Dayton

Le Conseil de sécurité a examiné ce matin la situation en Bosnie-Herzégovine. Le Conseil a entendu le Président bosniaque, Haris Silajdzic, qui a déploré la violation continue des Accords de Dayton notamment en ce qui concerne le retour des réfugiés et le respect de la propriété étatique. Il a aussi regretté le blocage systématique par la Republika Srpska qui ne représente pourtant que 22% des parlementaires du pays.

Auparavant, les quinze avaient entendu le Haut Représentant de l’Europe pour la Bosnie, le diplomate autrichien Valentin Inzko. Ce dernier a lui aussi dressé un bilan critique en adressant plusieurs mises en garde notamment en ce qui concerne les élections prévues au mois d’octobre, qui devraient voir l’apparition de jeunes Bosniaques qui participeront au scrutin pour la première fois. Ceci risque d’altérer l’arithmétique électorale et même de créer un changement sensible qui pourrait générer des coalitions constructives dans les nouveaux parlements, a-t-il fait valoir.

Mais pour cela, encore faut-il que la communauté internationale reste concentrée sur la Bosnie-Herzégovine, que les Accords de Dayton soient absolument respectés et que persiste une atmosphère constructive pour les réformes constitutionnelles et autres. C’est la seule façon de réaliser l’objectif que nous voulons tous atteindre, grâce auquel la Bosnie-Herzégovine peut progresser, par ses propres moyens, vers une intégration Euro-Atlantique, en assumant toutes les responsabilités qui lui incombent.

Le Conseil de sécurité devait ensuite entendre ses quinze membres mais aussi, les Représentants de la Serbie, de la Croatie et de l’Union européenne ainsi que ceux d’autres pays non membres du Conseil.

(Extrait sonore : Valentin Inzko, Haut Représentant de l’Europe pour la Bosnie-Herzégovine)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...