Assemblée mondiale de la santé : la mortalité infantile et la santé maternelle priorités du Sénégal

L'assemblée annuelle de l'OMS s'est ouverte ce lundi 17 mai à Genève, avec la participation d'une soixantaine de ministres ainsi que des milliers de délégués.

Parmi les sujets à discuter jusqu’à vendredi, les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), la lutte contre la pandémie de grippe A ou la stratégie visant à réduire l’usage nocif de l’alcool. Le Directeur général de l’Office des Nations Unies à Genève, Sergei Ordzhonikidze, a ouvert les travaux en appelant à renforcer les efforts pour parvenir à réduire la mortalité infantile et améliorer la santé maternelle.

Parmi les participants à cette 63ème grand-messe annuelle de l’OMS, le Ministre de la santé du Sénégal qui note que les attentes de Dakar, c’est d’abord de repartir de cette 63ème assemblée mondiale de la santé avec la conviction que la communauté internationale s’est réengagée dans l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement. Dans une interview accordée à la Radio des Nations Unies, Modou Diagne Fada rappelle à cet égard que « le Sénégal est presque sûr d’être au rendez-vous de 2015 concernant l’objectif 6 sur les maladies transmissibles ». Le taux de prévalence du VIH/Sida est de 0,7% et c’est l’un des taux les plus bas en Afrique subsaharienne. Concernant le paludisme, 8 000 personnes en mourraient en 2000 et en 2009, ce sont 577 », fait remarquer le Ministre sénégalais de la santé, non sans ajouter que beaucoup de travail reste à faire concernant les objectifs 4 et 5 concernant la réduction de la mortalité infantile et l’amélioration de la santé maternelle.

D’ailleurs pour le Ministre de la santé du Sénégal, la mortalité infantile et l’amélioration de la santé maternelle sont les défis de plusieurs pays africains même si une attention particulière doit être portée sur les maladies chroniques comme le cancer, le diabète ou toutes les autres maladies cardiovasculaires. « Ce sont des maladies qui déciment les populations africaines », souligne Modou Diagne Fada.

La question des produits médicaux contrefaits est également à l’ordre du jour de cette 63ème assemblée mondiale de la santé et le Sénégal plaide pour la création d’une Agence africaine des médicaments accompagnée d’une inspection générale capable de détecter et de détruire les sites de fabrication de faux médicaments.

Cette assemblée annuelle est aussi l’occasion pour les pays membres de l’OMS de tirer les leçons de la pandémie de grippe H1N1. Pour le Ministre sénégalais de la santé, « la grippe a été une pandémie trop médiatisée. La grippe H1N1 est moins grave que la grippe saisonnière ». Au-delà des critiques sur la gestion des pandémies, Modou Diagne Fada rappelle que les problèmes de santé ne se posent de la même façon et dans ces conditions, on doit arriver à une approche intégrée de la gestion des épidémies. A titre d’exemple, il note que « beaucoup de moyens sont déployés pour le Vih sida ou le paludisme, mais il faudrait que des moyens similaires servent à lutter aussi contre la tuberculose, la santé maternelle et infantile ».

(Extrait sonore : Modou Diagne Fada, Ministre de la santé du Sénégal ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...